Archives de catégorie : obéissance

Quelle récompense utiliser ?

Quelle récompense utiliser avec mon chien ?

Balles, nourriture, tugs ? Lesquels utiliser ? Dans quelles phases de progression ?
Je vais vous présenter dans cette article ma vision de la chose, issue de mon expérience.

Nourriture :

Le chiot

C’est la récompense évidente à utiliser avec un chiot. Il n’y a pas de question à se poser. Un chiot est un estomac sur pattes, la nourriture est sa seule raison de vivre ! Il faut donc utiliser à fond ce renforçateur hyper puissant.
On peut l’utiliser comme leurre, à condition que celui-ci soit actif, c’est-à-dire que le chiot pousse sur la main, et non pas qu’il la suive mollement.
On l’utilisera aussi comme renforçateur en marqueur training. Dans cette utilisation, la pot de récompense peut être sur soi, ou posé sur un meuble. Le chiot sait parfaitement où se trouve la source de nourriture, mais doit interagir avec son maître afin que celui-ci lui en donne l’accès .
Quel type de nourriture ? J’utilise tout simplement la ration habituelle du chiot. S’il veut manger, il doit interagir avec moi. Je distribue environ la moitié de la ration comme renforçateur (par poignées, pas une croquette après l’autre !), puis le reste en jackpot à la fin de la séance.
La nourriture étant difficile à lancer, on l’utilisera en mode self-service (le chien se déplace pour se servir), ou restaurant (on se déplace pour apporter la nourriture).

Le chien adulte

On l’utilisera de façon identique avec un adulte ou un chiot (leurre ou marqueur, avec toutefois deux différences afin d’éviter le phénomène de satiété qui réduit l’intensité.

– Le chien doit avoir faim en début de séance. Ça parait évident à dire, mais je vois souvent des maîtres en train d’essayer d’intéresser leurs chiens à la nourriture qu’ils ont dans la main. Mon opinion est claire sur ce sujet : le chien doit être fou de ce que vous avez dans la main. Dès que cet intérêt baisse, il faut arrêter la séance. Et il faut admettre que certains chien ne seront jamais suffisamment intéressés par la nourriture pour s’en servir comme renforçateur. Il faudra trouver autre chose.

– Type de nourriture : avec un adulte, je n’utilise plus sa ration, mais de la nourriture très appétante. On trouve dans le commerce des friandises toutes prêtes, qui font parfaitement l’affaire. La seule condition est que ce soit suffisamment petit pour être ingéré en 2 secondes. Si le chien doit mâcher 2 mn à chaque fois qu’on le récompense, ce n’est pas efficace, sauf pour le jackpot final. Personnellement j’utilise des bouts d’emmental coupés en dés de 5 mm de côté. C’est économique et facile à utiliser. À vous de trouver ce dont votre chien raffole.

Dernier conseil qui ne semble pas être évident pour tout le monde : on donne la gamelle au moins 30 mn après la fin de la séance, une fois le chien revenu au calme. On pourra alors utiliser la gamelle comme marqueur hiérarchique si besoin.

Petite illustration en vidéo

Click to Watch Video

Les tugs :

Le chiot

Il existe des tugs spécialement adaptés aux chiots. Ils sont munis d’une multitude de brins très amusants à attraper. On commence par intéresser le chiot au tug en dehors de toute séance de travail. On le rends accro à ce truc qui gigote dans l’herbe. L’idéal étant d’avoir un éleveur qui joue au tug avec ses chiots, on gagne ainsi plusieurs semaines dans l’utilisation du tug pour le démarrage des séances de travail.
Un fois le chiot pris de passion pour ces bouts de tissus, on commence à l’utiliser par exemple pour l’apprentissage du rappel. Les séquences de récompense avec le tug doivent être brèves et intenses.
Cette façon de faire n’est pas unique. Certains démarrent directement la découverte du tug dans les séances de travail. D’après moi, cela ne peux fonctionner qu’avec un chiot déjà bien éveillé par son éleveur. Les séances sont alors à la fois une découverte du tug, et la mise en place de fondations . Je préfère laisser ça aux personnes expérimentées qui démarrent plusieurs chiots par an. Pour l’éternel débutant que je suis, je préfère bien séparer les choses, quitte à progresser moins vite.

L’adulte

On continuera comme avec un chiot, mais on choisira des tugs plus gros et plus résistants. On passera avantageusement au boudin si le chien est gros mordeur.

Petite illustration en vidéo

Click to Watch Video

Les balles

La balle étant un intermédiaire pour jouer avec son chien, il va de soi que les balles sont forcément avec une ficelle. Cette ficelle sert à la fois à animer la balle (la proie vivante), et de cordon de liaison entre le chien et son maître. Si le chien apprend à jouer tout seul avec une balle, pourquoi viendrait il ensuite jouer avec vous, et se défoncer pour avoir accès à la balle ? Au mieux, il la dépose à vos pieds pour que vous la lui relanciez. Vous jouez alors avec ses règles, il vous à bien éduqué!

Le chiot

Je n’utilise pas de balles pour m’entraîner avec un chiot. Le jeu avec les balles est technique pour le chiot. Il doit d’abord maîtriser un certain nombre de règles avant de pouvoir apprécier pleinement cet accessoire. Tout d’abord, il apprend à attraper la balle, et pas la ficelle. Ensuite, lorsque le maître lâche la ficelle, le chien doit apprendre à venir poser la ficelle dans la main de son maître pour que le jeu reprenne. Le chien doit aussi apprendre à se saisir de la balle sur commande (marqueur training), mais aussi à la lâcher sur commande (switch, cessation participative). Les principaux intérêts des balles sont leur robustesse, et leur facilité à être lancées pour récompenser à distance (mode restaurant, la récompense est livrée au chien sans qu’il se déplace). Leur inconvénient, tout relatif, est leur difficulté à être cachées sur soi. On pourra retourner cet inconvénient en se servant de balles comme récompense à vue.
Ce n’est qu’une fois que le chien est devenu complètement accro au jeu de balles avec son maître que l’on peut introduire cet accessoire dans les séances d’entraînement. Lorsque les mâchoires du chien, ainsi que sa musculature deviennent si puissantes qu’ils détruisent les tugs, il est temps de passer aux balles …

Petite illustration en vidéo

Click to Watch Video

Le boudin

Je ne fais pas de différence entre l’utilisation de balle ou de boudin. Le boudin sera avec poignée, l’équivalent de la ficelle pour la balle. Rien n’empêche d’ajouter une ficelle au boudin ….
Le travail préparatoire est identique à celui des balles. La technique de prise par le chien étant plus simple qu’avec une balle, on pourra l’introduire plus tôt dans les séances d’entraînement.
Je l’utilise alternativement avec les balles afin de varier les plaisirs. Il est plus difficile à lancer, mais offre une meilleure prise pour le chien et le maître lorsque le chien vous arrive dessus à toute vitesse pour se récompenser, et qu’il ne ralenti pas lors de sa prise.
Avec une balle on n’a pas d’autre choix que de lâcher la ficelle, avec un boudin on peut faire un bel amorti et bagarrer ensuite pour renforcer l’envie du boudin (si le caractère du chien s’y prête).

Vous pouvez maintenant éteindre votre ordinateur et sortir vos balles ou tugs, pour la plus grande joie de votre compagnon.

Le carré: la solution

Le carré : la solution

Maintenant que vos neurones ont bien cogité, voici la réponse.
La méthode utilisée est la méthode MOST

Mission :

Apprendre à Jessy l’envoi dans le carré suivant le programme du concours d’obéissance

Objectifs :

Ils sont au nombre de 3 :

  •  Obtenir un déplacement rapide vers le carré, en rentrant bien par la face avant.
  •  Jessy doit se positionner avec la ligne arrière du carré entre les postérieurs et les antérieurs, approximativement au centre, sans chercher une grande précision sur ce critère
  •  Jessy devra se retourner et me faire face pour attendre la suite

Stratégie :

Pour obtenir de la vitesse, de la motivation, sans chercher une grande précision, ou une résistance à la distraction, il y a une stratégie évidente : du R+. Le travail devant se faire à distance, il faut responsabiliser le chien (de là ou je serai, je ne pourrais pas le contrôler). Il doit faire bon du premier coup. Certes, je pourrai toujours diriger Jessy à distance, comme sur la conduite d’un troupeau, c’est spectaculaire lorsque c’est bien fait, mais ça ne rapporte pas de points, ça en fait même perdre à chaque commandement supplémentaire. Je serais donc attentif à ne récompenser que la bonne position, en laissant Jessy réfléchir à ce qui ne va pas si la récompense n’arrive pas.

Tactique :

Je reste fidèle à la méthode que j’applique pour tout exercice.

Toujours la cohérence …
Je commence à leurrer à la nourriture quelques fois pour expliquer à Jessy ce que j’attends d’elle (en me plaçant moi-même dans le carré).
Puis je ne leurre plus, et je demande à Jessy de reproduire ce que je viens de lui montrer (R+ shaping, clicker + nourriture).
Une fois qu’elle a compris ce que j’attends d’elle, je remplace la nourriture par une récompense plus active (balle) pour gagner en motivation et vitesse, mais aussi en distance (plus facile de jeter une balle ).
Ensuite, je recule petit à petit en m’éloignant du carré, en changeant parfois de côté pour la généralisation. Je remplace le marqueur sonore du cliker par un marqueur vocal car la distance augmentant, le clicker devient moins audible.

Vous noterez que je n’ai pas évoqué l’utilisation d’une cible. Elle ne m’aurait rien apporté, si ce n’est une difficulté supplémentaire pour la supprimer. Le carré matérialisé par 4 bandes et 4 cônes est suffisamment concret pour qu’il soit lui-même la cible. Et la ligne du fond entre les pattes, c’est aussi très concret (puisque j’ai au préalable appris à Jessy à aller poser ses postérieurs sur une planchette).

Puis ensuite , c’est du classique. Ajout du signal acoustique, généralisation en tout lieu, ajout de distraction, augmentation de la vitesse par frustration. Mais ce sont d’autres missions, avec d’autres objectifs et d’autres stratégies.

Les indices :

Je vous avais laissé plusieurs indices :

  • Le collier électrique autour du cou de Jessy : c’était pour vous emmener sur une fausse piste.
  • La ficelle de la balle qui dépasse de la poche arrière du pantalon : là, vous auriez dû faire tilt
  •  Les bonds que fait Jessy en me regardant lorsque nous nous éloignons pour nous mettre en place : visiblement, elle veut quelque chose que j’ai. Mais il va falloir bosser pour l’avoir…
  •  La vitesse : pensez-vous qu’avec du P+ ou de R- j’aurais obtenu cette vitesse ? Je réserve ça pour augmenter la résistance à l’extinction.
  •  L’attitude de Jessy lorsqu’elle se retourne. Visiblement, elle attends quelque chose en récompense de son action
  •  Le manque de précision, le repositionnement par un reculé, queue joyeuse : typique du R+. En P+ j’aurais aussi pu obtenir ce repositionnement, mais pas avec la même attitude de Jessy. Il y aurait eu plus de tension dans le corps.

La solution en video :

Click to Watch Video

JESSY au carré

JESSY au carré

Voici une petite vidéo de Jessy sur l’exercice du programme d’obéissance appelé « envoi dans le carré ».

Il s’agit de la 5ème ou 6ème séance, Jessy n’ayant jamais vu de sa vie un carré auparavant.

A votre avis, qu’elle a été la méthode utilisée pour « monter » cet exercice ?

J’ai volontairement mis des indices dans la vidéo, mais attention, si certains sont là pour vous mettre sur la piste, d’autres sont là pour vous induire en erreur ..

Réponse dans quelques jours.

Click to Watch Video

Brevet Obéissance

Brevet d’obéissance

Bien que ce soit trop tôt dans sa progression, j’ai présenté Jessy au concours d’obéissance du club.

Et je ne le regrette pas. Cela nous a permis de nous connaître en situation concours, forcément très différente de l’entraînement. J’ai surtout testé comment la gérer entre les exercices, et avant de rentrer sur le terrain. La vidéo m’a fait exploser à la figure tout ce que j’ai négligé et mis de coté  jusqu’à présent. Il me reste quelques semaines pour rectifier tout ça avant son certificat de RCI.

Jessy est vraiment mignonne et appliquée. Je kiffe vraiment cette chienne.

Click to Watch Video