Utilisation des 3 cerveaux du chien et de son maitre

Utilisation des 3 cerveaux du chien et de son maître

Les trois cerveaux

Le chien à 3 cerveaux, et son maître aussi.

Pour ceux que cette affirmation laisse perplexe,

tout est expliqué dans: les trois cerveaux du chien

Comment cela se traduit il dans notre communication avec notre chien ?

Comment utiliser cela efficacement ?

Voici ma façon de voir les choses.

Chez le chien

Le mode survie

Utilise le cerveau reptilien.

Dans ce mode, le chien ne réfléchi pas, ne tire aucune conséquence de ses actes, il agit instinctivement pour sauver sa peau, soit en fuyant, soit en attaquant. Lorsque le chien est en mode agression, certains appellent cela « la zone rouge ». Dans ce mode, le chien n’est plus réceptif à aucun stimulus extérieur. Inutile d’agiter une balle sous son nez pour détourner son attention, l’information n’atteindra même pas son cerveau.

Ce mode n’a aucun intérêt en éducation ou en dressage. Aucun humain ne devrait mettre un chien dans ce mode, quelle qu’en soit la raison.

Le mode émotion

Utilise le cerveau limbique.

Dans ce mode, le chien n’est pas vraiment en état de réfléchir. Il réagi instinctivement à des stimuli qui viennent solliciter ses instincts primaires.

C’est typiquement ce que nous utilisons dans le conditionnement Pavlovien. Il est toujours dans ce cas associé à un contexte, et à un un stimulus inconditionnel (agréable comme une bonne nourriture, ou désagréable comme une légère douleur). Le conditionnement Pavlovien permet de l’associer à un stimulus inconditionnel, tel qu’un objet ou un son.

Il est délicat à utiliser. Il faut doser le stimulus en fonction du chien. Si le stimulus est trop faible, il ne sert à rien, et si il est trop fort, on risque de passer en mode survie.

Exemple d’utilisation avec un stimulus aversif: le chien qui « fait la poubelle », au risque de se blesser avec un emballage. On lui tend un piège, on fait une mise en scène. Lorsqu’il a la tête dans la poubelle, on fait en sorte que l’environnement de la poubelle lui fasse une grosse frayeur (bruit soudain de casseroles qui tombent à coté de lui, chute de bouteilles en plastique sur son dos, …. ). Il va ainsi associer la poubelle à quelque chose d’émotionellement désagréable, et ne s’en approchera plus. Vous comprenez que le dosage du stimuli aversif est extrêmement important. Trop faible, il va habituer le chien à faire la poubelle même en présence de bruit, trop fort, le chien n’osera même plus rentrer dans la cuisine.

Mais on pourra aussi se servir d’un état émotionnel agréable pour obtenir de l’intensité dans un exercice. Par exemple pour un chien passionné par son jouet au point de se mettre à trembler en le voyant, on s’en servira pour obtenir des rappel rapides et fiables. Le conditionnement Pavlovien permettra d’associer l’émotion d’avoir le jouet (stimulus inconditionnel) au signal de rappel (stimulus conditionnel).

L’utilisation des émotions est un outil puissant, à manier avec précaution, surtout avec un chiot ou un jeune chien.

Le mode réflexion

Utilise le néocortex.

C’est ce qu’on utilise en conditionnement opérant (mon préféré!). On fait réfléchir le chien aux conséquences de ses actes.

Il faut bien doser l’intensité des stimuli afin de ne pas passer en mode émotionnel. Par exemple, certains chiens se figent en voyant une balle tellement elle est chargée d’instinct de prédation. On ne l’utilisera donc pas dans ce mode d’apprentissage. On restera sur des stimuli moins « émotifs », tels que la nourriture (attention, certains chiens qu’on appellent vulgairement « gamelards » passent en mode « émotion » dés qu’ils voient de la nourriture!). Il faut bien connaître la valeur de nos stimuli vis à vis de notre chien afin d’utiliser au mieux ce mode d’apprentissage.

En revanche, après quelques exercices en mode « réflexion « , j’utilise toujours une méga récompense, le « jackpot », à la fois pour marquer émotionnellement une réussite, et aussi pour laisser une pause au néocortex. Le temps de concentration d’un chien est limité, surtout chez un chiot. Il faut lui conserver le plaisir de nos séances d’apprentissage.

Comme expliqué dans le lien  cité en début de cet article, le neocortex n’est pas particulièrement développé chez le chien. C’est pourquoi il faut absolument travailler ce développement chez les chiots. L’utilisation de jeux d’éveils, l’apprentissage de quelques tours simples (toucher la main de son maître) permettent ce développement.

Chez le maître

Le mode survie

Je ne connais qu’un cas ou un humain peut passer efficacement dans ce mode en présence d’un chien: lorsqu’on se balade tranquillement, et que subitement un chien sorti de nulle part (ou d’une cour de ferme) vous fonce dessus, toutes dents dehors. Dans ces cas là, je passe en mode « combat », et je lui fonce dessus en l’agressant. L’environnement étant ouvert, le chien fuit la queue entre les jambes. Dans cette situation, il ne faut pas « faire semblant », car le chien le sent très bien. Il faut vraiment que le chien vous sentent près à défendre chèrement votre peau et prenne peur.

Attention je ne parle pas de cas de séance de traitement d’agressivité sur un chien (ou tout doit rester parfaitement sous contrôle), ni du  cas de chien de protection de troupeau (il fait son boulot, faites un détour pour vous écarter de son troupeau).

Le mode émotion

Ce mode là n’a rien à faire lors d’une séance de dressage ou d’éducation.

On le  réservera au parties de câlins et de léchouilles avec son copain canin, en dehors des séances d’apprentissage.

Le mode réflexion

C’est le seul mode dans lequel il faut être pendant un entraînement ou une séance d’éducation. On observe son chien, on analyse, et on adapte en permanence l’entraînement. Et comme il faut quand même réagir vite aux réactions du chien, on aura au préalable préparé sa séance pour ne pas se trouver pris au dépourvu en cas de réaction inattendue.

CC BY-NC-ND 4.0 Utilisation des 3 cerveaux du chien et de son maitre par Didier ESCALLIER est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'utilisation Commerciale-Pas de Modification 4.0 .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *