Click et leurre

Je vois parfois des personnes utiliser simultanément le leurre et le click .D’après moi, ce n’est pas cohérent.

Le leurre:

Il est utilisé pour apprendre un geste, une posture. Il est utilisé sur des répétitions. Il doit être actif, c’est à dire que le chien pousse sur la main, et ne suis pas passivement. C’est le chien qui réagit au comportement du maître.

Le Click:

Il est utilisé en conditionnement opérant, c’est à dire que le chien doit réfléchir, doit proposer des choses pour nous faire cliquer. C’est le maître qui réagit au comportement du chien.

Alors, Click ou leurre ?

Les 2! Mais pas simultanément; successivement, ou en alternance Voici mon approche: on apprends le geste technique au leurre, et ensuite on demande au chien de le proposer en conditionnement opérant. On utilise ainsi le meilleur des deux techniques.

Bonus:

Le leurre est il utilisable en conditionnement opérant ? Pour moi, oui, si le leurre est utilisé de la façon suivante: le chien doit exécuter la position, le mouvement, ce qui aura pour conséquence de lui donner accès au leurre. C’est donc bien son action qui va déclencher la récompense.

Flex et MAP

La suite de mes expérimentations

Click to Watch Video

flex et apportable

Premiers essais du travail de rapport au flex pole. C’est intéressant, je vais creuser cette piste.

Click to Watch Video

Découverte du flex pole

J’ai enfin testé le flex pole. C’est un appareil dont l’usage est limité uniquement par l’imagination de l’utilisateur. Jessy et moi découvrons pour la première fois cet appareil inventé par le génialissime BART BELLON.

Ce ne sont que quelques tests pour voir le potentiel de l’engin.

Nota: il faut que j’arrête d’entraîner le soir après une longue journée de boulot. J’ai 2 de tension, et je tourne au ralenti, c’est pitoyable lorsque je me revois sur la vidéo. De plus, Jessy est encore sous traitement, elle n’a pas encore retrouver toute sa vivacité.

Click to Watch Video

Le maître, source d’inconfort ?

Le conditionnement opérant

Pour ceux qui n’auraient pas suivi le blog depuis le début, petit rappel sur le conditionnement opérant.

Le chien est un opportuniste, qui agit pour améliorer son confort, ou réduire son inconfort, ce qui revient au même.

En fonction des conséquences d’un comportement sur le confort du chien, le chien va reproduire, ou arrêter ce comportement.

– le comportement apporte du confort, il sera renforcé (on parle de récompense)

– le comportement apporte de l’inconfort, il aura tendance à disparaître (on parle de punition)

Dans le conditionnement opérant, c’est l’environnement du chien qui apporte ce confort/inconfort.

Dans mon dressage, je fais en sorte que le maître soit uniquement une source de confort. L’inconfort est apporté par quelqu’un d’autre, ou par une cause externe. Cela permet de créer un lien très fort avec son chien. Le chien vous voit alors comme son dieu, source inépuisable de confort.

Avec les chiots

Avec les chiots, je me tient strictement à cette règle. Je suis celui qui nourrit, qui joue … en aucun cas je ne fourni le moindre inconfort. Si on comportement doit être supprimé, donc via une punition inconfortable, soit je fais agir une tierce personne, ou je fais en sorte que le chiot soit persuadé qui c’est l’environnement qui agit sur lui.

Par exemple, le chiot mordille les angles de son coussin : je les badigeonne de condiment hors de sa présence …

Le jeune adulte

Lorsque le chiot commence à devenir adulte, il va tenter de s’approprier les « privilèges du dominant ». Je considère la remise en cause de mes privilèges comme un tabou. Si le jeune adulte tente de s’en approprier un, je deviens alors la source d’inconfort. La première fois ça lui fait tout drôle car il ne comprends pas pourquoi la source inépuisable de confort devient source d’inconfort, mais il comprend très vite que cela ne se produit qu’en cas de non respect d’un tabou. Et tout le reste du temps, je continu à être une source de confort.

L’intensité de la punition

Il n’y a pas de punition universelle. Mais étant donné que le chiot n’a jamais été puni par moi, il suffit généralement d’élever un peu le ton pour punir. On peut aussi le saisir par la peau du cou pour le faire descendre du canapé,sans le secouer comme un prunier. On prends la peau du cou, on descend le chien du canapé sans ménagement en élevant un peu la voix.

Et chose très importante, lorsque le comportement indésirable est terminé, on redevient instantanément la source de confort.

La bonne intensité pour la punition doit répondre à deux critères

– suffisamment intense pour faire disparaître très rapidement le comportement

– suffisamment faible pour que juste après l’avoir administrée, le chien soit capable de reprendre le jeu avec vous

Ce dosage demande un peu d’expérience, et parfois de bons talents d’acteur, car il est important que votre attitude soit très claire pour le chien. Il doit faire immédiatement la différence entre « maître pas content », et « maître content »

Et le chien de sport ?

Lors de nos entraînements, nous avons la chance de maîtriser entièrement l’environnement. On peux donc « mettre en scène » sa séance. On prépare le scénario en fonction du comportement prévisible du chien. Il faut avoir préparer ce qui va se passer si « le chien fait », mais aussi si « le chien ne fait pas », de façon à ne pas être pris au dépourvu. Il faut parfois être un peu imaginatif pour que « l’environnement » punisse le chien qui ne fait pas, mais avec un peu de réflexion, on y arrive. Et évidement, lorsque « le chien fait », vous êtes la source de confort.

Tout ça c’est bien joli me direz vous, mais en concours, on ne maîtrise pas l’environnement, et le chien s’en rend assez vite compte. Je répondrai tout d’abord que si vous utilisez des artifices pour punir votre chien lors de l’entraînement, vous ne les aurez pas non plus le jour du concours. Et le chien se rends très vite compte que le jour du concours il n’y a plus de collier qui pique par exemple ….

Donc lors des entraînements, je fixe aussi des tabous. . Ces tabous ne doivent pas avoir de lien avec un exercice. Par exemple, il est interdit d’aller aboyer le long de la clôture, de renifler partout. Lorsque ce tabou n’est pas respecté, je devient la source d’inconfort, sans utiliser d’artifice. Une forte réprimande vocale est suffisante, car le chien n’en ayant presque jamais, elle sont très efficace. Si ce n’est pas suffisant, on peut aussi prendre le chien par la peau du cou, le pourchasser sur le terrain en hurlant … Ces punitions restant exceptionnelles, pas besoin d’en faire plus, même avec des chiens à gros caractère.

Attention, j’ai bien dit que je suis la source d’inconfort uniquement si le chien ne respecte pas un tabou. Si le chien se trompe sur un exercice, il est hors de question de punir. On mettra en place un code pour lui dire que ce n’est pas ce qu’il faut faire, et comme c’est un « chien actif », il va proposer autre chose.

 

 

 

Le chien et les enfants

Le chien et les enfants : quelques règles à respecter

Suite à des questions récurrentes sur le sujet, je publie une adaptation de l’article suivant
http://leerburg.com/kidbites.htm

Il est très complet, autant s’en servir de base pour cet article. J’ai pris quelques  libertés avec le texte original, ce n’est pas une traduction exacte du texte américain, car il est parfois trop technique, ou trop orienté USA, ou ce qui est écrit ne me convenait pas !

Ce que les parents doivent apprendre à leurs enfants

1. Ne JAMAIS déranger un chien qui dort, qui mange, ou qui s’occupe de ses petits.

2. Ne Jamais caresser un chien , même celui de la famille, sans l’avoir laissé au préalable vous voir et vous renifler.

3. Les enfants doivent toujours DEMANDER LA PERMISSION du maître ou de leurs parents AVANT de caresser un chien.

4. Si le maître n’arrive pas à contrôler son chien, et obtenir un ASSIS dans le calme, éloignez-vous.

5. NE JAMAIS s’approcher d’un chien qui est derrière une barrière, enfermé dans une voiture, ou attaché à une chaîne.

6. NE JAMAIS embêter un chien en le provoquant lorsqu’il est derrière une clôture, dans une voiture, ou passer votre bras pour le caresser.

7. NE JAMAIS s’approcher d’un chien inconnu, ou d’un chien qui n’est pas avec son maître.

8. NE COURREZ JAMAIS si un chien vous pourchasse. ARRÊTEZ VOUS, RESTEZ DROIT, RESTEZ CALME, LES BRAS LE LONG DU CORPS, rester silencieux, NE CRIEZ PAS. Eloignez-vous DOUCEMENT, EN FAISANT FACE AU CHIEN, MAIS SANS LE FIXER DANS LES YEUX.

9. Si un chien attaque, interposez votre veste, votre cartable, un vélo, ou n’importe quoi que vous pouvez mettre entre lui et vous.

10. Si vous êtes attaqué, ARRÊTEZ VOUS, METTEZ VOUS EN BOULE COMME UNE TORTUE, COUVREZ VOTRE TÈTE AVEC VOS MAINS

11. Ne courrez pas après les chiens.

12. Ne criez pas, ne soyez pas bruyant à proximité d’un chien.

13. Les enfants ne doivent pas fixer les chiens dans les yeux.

14. Si un chien commence à vous tourner autour, tournez avec lui, ne le laissez pas passer derrière vous.

15. Si le chien a un comportement agressif (grognement, aboiement), interposez quelque chose entre lui et vous (par exemple une chaise).

16. Ce n’est pas parce qu’un chien remue la queue qu’il est amical.

17. TOUJOURS demander au maître du chien si il est d’accord pour que vous caressiez son chien.

18. Si vous êtes sur le territoire d’un chien errant, éloignez-vous.

19. Si un chien s’approche de vous, restez calme sans mouvement brusque. Gardez vos bras le long du corps. Parlez d’un voix apaisante.

20. Si un chien est blessé, ne le touchez pas, n’essayez pas de l’aider. Allez chercher un adulte

 

Note aux parents:

Si vous avez un chien, et plus particulièrement si il montre des signes d’agressivité ou de protection, il est de votre obligation morale, et légale, de vous assurer que votre chien ne soit jamais dans une situation où il pourrait mordre un enfant.

Vous devez apprendre aux enfants à ne jamais s’approcher d’un chien étranger sans avoir la permission de son maître, même si le chien à l’air amical. C’est une chose dont les parents doivent absolument informer les enfants. Je suis toujours stupéfait du nombre de fois où des parents laissent leur enfant se précipiter sur mon chien lorsque je le promène, même après les avoir prévenus de ne pas les laisser faire.

On doit apprendre aux enfants à signaler les chiens errants qui se promène dans le voisinage, afin que les parents puissent en alerter les propriétaires, et les prévenir du danger potentiel, mêmes si ces derniers vont le nier (« mon chien n’a jamais fait de mal à personne » : mauvaise réponse)

Si un chien grogne, ou montre des signes d’agressivité envers vous ou votre enfant, ne criez pas, ne partez pas en courant, cela déclencherait son instinct de prédation, et le chien vous poursuivrai, et éventuellement vous mordrai. Ce même chien ignorera l’adulte ou l’enfant qui reste immobile ; la plupart du temps il va se contenter de renifler, et s’éloigner.

Le meilleur conseil , est de se tourner légèrement de côté, et de ne pas le regarder directement, NE JAMAIS FIXER UN CHIEN DANS LES YEUX. Il risque d’interpréter cela comme le regard qu’a une proie juste avant de fuir, et cela peut déclencher son instinct de chasse. Restez calme, les bras le long du corps, et regardez ailleurs.

Les enfants ont souvent tendance à lever rapidement leurs bras pour éviter une morsure. Ce mouvement risque de déclencher l’instinct de chasse chez le chien, et risque d’exposer le haut du corps à la morsure. Une morsure à la poitrine ou à la tête est bien plus dramatique qu’une morsure au bras. Beaucoup de personnes pensent qu’il faut courir pour déclencher l’instinct de prédation. C’est une erreur. Un mouvement rapide, peu importe son ampleur, peux suffire à déclencher la prédation.

Si le chien se contente de renifler l’enfant puis s’éloigne, l’enfant doit rester immobile quelques secondes, et s’éloigner doucement du chien. Il ne doit pas lui tourner le dos et marcher, encore moins courir.

Que faire si un chien attaque

Dans le cas où le chien s’élance pour mordre, l’enfant doit se mettre en boule sur le sol, en position fœtale, avec les bras sur la tête. Le chien va interpréter cela comme une position de soumission. Il va probablement se positionner au-dessus de l’enfant, qui ne doit pas bouger. Après quelques temps, le chien va s’éloigner.

Et c’est là que c’est difficile pour les parents. Si vous regardez par la fenêtre et voyez un chien au-dessus de votre enfant au sol, il ne faut pas sortir en courant, ou en criant, cela risque de déclencher la morsure. Tant que le chien ne mord pas l’enfant, restez calme.

La solution la plus efficace dans cette situation est d’utiliser une bombe de protection au poivre directement sur la tête du chien (les yeux, la truffe).

Cela a été constaté fréquemment : lorsque 2 chiens se défient, la sur-réaction des maîtres déclenche l’attaque. En toute circonstance, restez calme.

Les chiens et les nourrissons

Les propriétaires de chien se posent souvent la question lors de l’arrivée du bébé, ils veulent être certains qu’il n’y ai pas de problème entre l’enfant et le chien.

Il y a des précautions à prendre. Ça commence par ne JAMAIS laisser AUCUN chien avec le nourrisson sans surveillance, même pas 5 secondes. De plus, le chien ne doit pas autorisé à être dans la chambre de l’enfant, JAMAIS.

Lorsque les parents ramènent le nouveau-né de la maternité, il ne faut pas autoriser le chien à sentir, ou à lécher l’enfant. Le chien doit apprendre que le bébé est un membre de votre famille, et que vous, en tant que leader, assurez sa protection. Votre objectif doit être d’apprendre au chien que ce bébé est VOTRE bébé, et que lui n’a rien à faire avec. Le bébé ne doit pas être reniflé ou touché, c’est un tabou.

Ce n’est pas différent d’une louve qui n’autorise pas les autres membres de la meute à s’approcher de son nouveau-né.

La meilleure façon d’apprendre ce tabou, est de le généraliser à tout ce qui concerne l’enfant (ses vêtements, les couches …) , y compris lorsqu’ils sont dans une pièce autorisée au chien.

Promener le chien et le bébé en même temps

Vous avez là une opportunité à mettre en œuvre votre rôle de leader lorsque le temps est venu de promener le bébé avec le chien. Le chien doit être en laisse et collier. Le type de collier va dépendre du caractère du chien, et de sa puissance.

Quand vous marchez, le chien ne pas autorisé à marcher devant la poussette. Il doit toujours être derrière elle. C’est très important pour le chien. Il est génétiquement programmé pour comprendre que le leader passe les portes en premier, descend les escaliers en premiers, ET MARCHE DEVANT.

Si vous promenez votre chien, sans le bébé, il qu’il vous tracte tout le long de la promenade, vous devez résoudre ce problème avant de prendre l’enfant avec vous. Lorsque ce point est réglé, vous devez obtenir la même chose avec la poussette, sans l’enfant. Une des règle d’or lorsqu’on éduque un chien, c’est de n’apprendre qu’une seule chose à la fois ! Vous pouvez ensuite commencer à promener le chien et le bébé dans la poussette. Ce sera plus agréable pour tout le monde: le chien, le bébé, et vous!

 

Et pour terminer, un lien vers un poster amusant