La relation entre chien et maître

Beaucoup de choses ont été écrite sur ce sujet. Des choses poétiques, émouvantes, d’autres très techniques avec des mots qu’on emploi jamais dans la vie courante (dyade ..).

Je vais expliquer mon point de vue.

Avant de continuer la lecture, n’oubliez pas que nous ne sommes pas dans la tête du chien pour comprendre comment il agit (déjà que dans notre propre tête, ce n’est pas évident de tout comprendre …). Tout ce que nous pouvons écrire ne sont que des théories, des modèles, que nous plaquons sur la réalité. Ces modèles sont tous plus ou moins justes, mais ils ont tous des limites. Voici celui que je vous propose

Dans le conditionnement opérant, on apprends que le chien réagit à son environnement, et que nous faisons partie de cet environnement. Il faut se rappeler aussi que le chien est un animal opportuniste au plus au point.
Il n’agit qu’en fonction de son confort/inconfort, ou tout du moins, dans la perception qu’il en a.
Si le maître est identifié comme une source de confort, alors il y aura ce que certain identifie comme une « relation ». Pour comprendre ce que j’entends par « confort », se référer à la pyramide de MASLOW

http://chiens-actifs.eu/2014/09/recompense-et-pyramide-de-marlow/

Et je le répète, tout ceci dans la vision du chien. Si on arrive à le persuader que la seule source de confort possible est le maître, cette « relation » sera très forte car le chien est persuadé que son unique moyen de survie est son maître.

Et réciproquement, si le maître est identifié comme une source potentielle d’inconfort (directement ou via l’environnement), alors il y aura respect. Les deux ne sont pas contradictoire, ils sont complémentaires. Le maître distribue du confort , mais le chien doit se comporter d’une certaine façon pour l’obtenir (je reviens lorsque le maître  m’appelle par exemple). Et si j’agis d’une autre façon (je grogne sur un autre chien), le maître, ou l’environnement, sera source d’inconfort.

Le dressage moderne ne s’entend généralement que si il y a un lien fort entre le chien est le maître. Mais pour moi, ce lien n’est rien d’autre de la part du chien que de l’opportunisme comme je viens de l’expliquer. Pour que le dressage fonctionne,  il faut juste que le chien pense que c’est son action qui va déclencher l’arrivée de confort via le maître ( notion de chien actif), et que en dehors du maître, il n’arrive rien d’aussi confortable (tout au moins en sa présence). Et réciproquement, si le chien n’agit pas correctement, cela sera source d’inconfort (venant du maître, ou mieux, de l’environnement). Le chien va proposer des choses dans l’espoir d’obtenir plus de confort. Par exemple, il se met sur le dos, et  le maître vient lui gratter le ventre.
Dans une vision plus ancienne du dressage, le chien pensait que si il sortait du comportement appris, un inconfort, pouvant aller jusqu’à la douleur, en résultait (apprentissage par évitement de la contrainte). Le chien ne proposait aucun comportement, de peur qu’un inconfort en résulte. Et dés qu’il avait compris comment échapper à l’inconfort (situation de concours par exemple), tout s’écroulait.

Désolé pour les poètes et les idéalistes, mais je suis un pragmatique, et c’est ma façon de voir les choses.

CC BY-NC-ND 4.0 La relation entre chien et maître par Didier ESCALLIER est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'utilisation Commerciale-Pas de Modification 4.0 .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *