Récompenses et pyramide de Maslow

Après avoir abordé les notions de récompense/punition, et de positif/négatif, je vais maintenant revenir dans cet article sur la récompense.
Comme pour mes autres articles, je ne rentrerai pas dans les détails d’un entraînement typique, mais je vais présenter les grands principes, les fondamentaux comme dirait un entraîneur de foot, afin que vous puissiez comprendre ce que vous faites, et non simplement appliquer des méthodes vues à droite ou à gauche.
Car comme je l’ai déjà expliqué, ces méthodes étaient certainement très efficaces lorsque vous les avez vues, mais il suffit d’un petit détail dans leur mise en œuvre pour qu’elles soient plus néfastes que bénéfiques. Alors que si vous avez compris « comment ça marche », vous pouvez vous les approprier, et les adapter à votre situation.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’une « bonne » récompense ?
J’ai lu un jour une phrase qui résume très bien la situation: » la meilleure récompense, c’est ce que veut le plus le chien à un moment donné » (si vous connaissez l'auteur originel de cette citation, je le nommerai avec plaisir).
Derrière cette phrase toute simple se cachent  beaucoup de choses. Ce qu’il faut surtout retenir, c’est qu’il n’y as pas de récompense « universelle ».

- Si le chien à soif, la récompense est la boisson,

- si le chien à chaud, la récompense est d'aller se baigner,

- si le chien à faim, la récompense est la nourriture,

- si le chien voit les copains jouer, la récompense est de les rejoindre.

.. etc


La pyramide de Maslow :
La problématique de la « bonne récompense » dépasse largement le cadre de l’éducation canine, et des scientifiques se sont penchés sur le sujet (parfois avec des objectifs beaucoup moins altruistes, tels que l’optimisation de la rentabilité des ouvriers).
Celui qui nous intéresse est Abraham  MASLOW, qui publia dans les années 1940 un article : A Theory of Human Motivation.
Cette théorie a ensuite été représentée sous forme de pyramide.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pyramide_des_besoins

Les points à retenir pour notre activité canine :
Tous les besoins sont continuellement présents, mais certains se font plus sentir que d'autres à un moment donné.
Les besoins les plus bas dans la pyramide ont une importance supérieure à ceux qui sont situés plus haut. 
Bien évidement, ceci est le cas général, à vous d'adapter la pyramide correspondant à votre chien.

En conclusion, lorsqu'un groupe de besoins est satisfait un autre va progressivement prendre la place selon l'ordre hiérarchique suivant : besoins physiologiques > besoins de sécurité > besoins d'appartenance et d'amour > besoins d'estime > besoin d'accomplissement de soi.

Remarque : Lorsqu'un besoin précédant n'est plus satisfait, il redevient prioritaire.
Attention à bien interpréter cette pyramide : les niveaux ne sont pas « exclusifs », c’est-à-dire qu’il ne faut pas qu’un niveau soit assouvi à 100% pour que les besoins du niveau supérieur apparaissent.
Tous les besoins sont là en même temps, Maslow dis juste qu’il y a une priorité entre les besoins en cas de déficit.
Par exemple, le besoin de sécurité passera au second plan si on crève de faim. Dit autrement, on prendra des risques pour se nourrir si on a la dalle ....


Utilisation pour notre activité canine :
Le principe de base (souvent négligé), est qu’il faut qu’un besoin ne soit pas assouvi à 100% pour qu’il soit utilisable comme motivation.
Je vois beaucoup de maîtres essayer de donner une récompense alimentaire à un chien qui est visiblement très bien nourri, et n’est pas du tout attiré par cette récompense.
Si vous voulez que votre récompense soit efficace, il faut que votre chien soit prêt à passer à travers un mur pour se la procurer (c’est une image, évidemment).
On va donc créer artificiellement un manque, de façon à contrôler son assouvissement, et à l’utiliser comme motivation (vous avez certainement entendu parler de frustration dans le dressage).
Je vous laisse trouver vous-même les exemples pour chaque niveau de la pyramide, car chaque chien est différent.
L'exemple de la balle :
Combien de personnes m'ont dit : « Mais moi, mon chien ne joue pas à la balle ! ». Et pourtant, ils continuaient à l’agiter sous le nez de leur chien comme récompense, car ils avaient vu quelqu'un d'autre le faire, et ça marchait.
Maintenant que vous comprenez un peu mieux comment ça fonctionne, vous en déduisez la «bonne» méthode.
On crée ou attise un besoin, puis on génère un manque pour l’utiliser comme motivation (les experts en marketing sont champions dans ce domaine).
Donc, dans l’ordre, pour un chien qui n’est pas naturellement un obsédé de la balle :

- on prive son chien d’assouvissement du besoin de prédation et de jeu (on supprime tous les jouets, on met son chien en chenil, etc...),

- on passe tous les jours un petit moment à le faire jouer à la balle, et à aimer ça (chacun sa technique, si c’était facile, nous serions tous de grands dresseurs),

- une fois que le chien est frappadingue de la balle, on lui supprime (frustration),

- on la ressort ensuite comme récompense lors d’une phase de travail.

Et surtout , on n’oublie pas de maintenir constamment ce besoin qu’on vient de créer, quitte à revenir parfois aux étapes précédentes.



Quel niveau de la pyramide utiliser ?
Et bien , cela dépend des besoins de base de chaque chien, mais à priori : tous!
Il suffit d’observer son chien, et de voir quel besoin est le plus fort chez lui, voir comment créer artificiellement ce besoin.
Certes, tous les niveaux de la pyramide sont présents, mais plus on va se servir des niveaux inférieurs, plus ce sera efficace.
Encore une fois, il faut observer son chien, analyser la situation et s’adapter.
Certains ne sont pas portés sur la nourriture, mais ont un gros besoin d’amour. On n’utilisera évidemment pas la récompense alimentaire, mais on va commencer par ignorer le chien, lui tourner le dos, et lorsqu’il fait ce qu’on attends de lui, on le couvrira de compliments en étant très démonstratif.
D’autres sont de vrais aspirateurs à croquettes. Dans ce cas, la récompense alimentaire s’impose.
D’autres encore sont fous de mordant. La récompense ultime sera d’aller mordre son HA préféré.
Etc...

En conclusion :
Maintenant que vous connaissez la pyramide des besoins, à vous de vous l’approprier et de l'utiliser à votre avantage.

Une dernière remarque pour alimenter votre réflexion : lorsqu’un besoin est assouvi en permanence et depuis longtemps, et qu’on le dé-assouvis brutalement , cela peut être utilisé comme punition négative.


CC BY-NC-ND 4.0 Récompenses et pyramide de Maslow par Didier ESCALLIER est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'utilisation Commerciale-Pas de Modification 4.0 .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *